Module 3 : Nos analyses et nos constats sur l’utilisation de ces nouveaux médias

Dans ce dernier module, nous allons passer à nos analyses sur l’utilisation de ces nouveaux médias et de ces constats va naître la nécessité d’un agir ensemble politique.


  • Comprendre : pourquoi ces nouveaux médias ? 

Il s’agit ici tout d’abord de comprendre ces nouveaux médias. En effet, on remarque que le journalisme traditionnel est plus en faveur d’une productivité,toujours en quête de “l’inédit” , du scoop : on assiste à une véritable crise des médias.

Pour introduire ce concept de « crise des médias », nous vous invitons à écouter cette émission de « La suite dans les Idées » sur France Culture qui insiste sur l’importance de l’économie dans les médias et la nécessité de repenser l’univers médiatique actuel (http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-crise-des-medias-un-probleme-de-capital# ).

Dans ce contexte de crises des médias, ils ne correspondent plus à nos attentes et on se retrouve face à la nécessité de trouver des alternatives. Et ces médias citoyens peuvent devenir ces alternatives. On veut comprendre et pas seulement savoir : et il ne n’agit non pas de considérer le lecteur comme un simple consommateur des désastres de ce monde, mais bel et bien faire de lui un véritable acteur. Cet article de Francesca Borri rend bien compte du dilemme dans lequel se trouve les journalistes aujourd’hui entre presse productive et réalité du terrain, inédit et enquête (http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20130731.OBS1691/lettre-d-une-pigiste-perdue-dans-l-enfer-syrien.html ).

Aussi,ces nouveaux médias sont nés des possibilités techniques offertes par le numérique mais ils sont aussi une réponse aux demandes de la société civile.


  • Complémentarité des modes de diffusions

Il peut y avoir  une mise en complémentarité des modes de diffusion traditionnels avec la diffusion numérique : d’une part les médias traditionnels viennent piocher dans ces nouveaux contenus numériques pour alimenter leurs informations, d’autre part les individus relaient les informations des médias traditionnels sur les nouveaux médias, mais ils combinent aussi les nouveaux médias entre eux . On assiste à une hybridation suite à la singularité de l’utilisation.
Pour donner quelques exemples : on relaie une photo d’Instagram sur son compte Facebook.
On diffuse des vidéos de live streaming via Périscope en étant connecté à Twitter, etc….


  • Une nouvelle manière d’envisager l’information

Cette multiplication des énonciateurs et des contenus (où chacun peut produire des textes, des vidéos, des images, des sons et les relayer au grand public ) permet la possibilité de veille, de partage et de “curation” où chacun peut donner publiquement un écho, une critique à un contenu qu’il n’a pas produit.
S’ajoute à cela l’immédiateté et l’accès croissant à l’ information.
Sans oublier les nécessaires enjeux informationnels liés à la fiabilité de l’information et la faculté d’évaluer un document.

En effet, se pose dès lors la question de la légitimité de l’information diffusée par un individu car tout d’abord le discours produit sur le terrain prend forme de témoignage. Ensuite, la légitimité du contenu se trouve dans sa subjectivité où “Un évènement est couvert au travers du regard de” pour citer Robert Ezra Park. Celui-ci rappelle que la tâche des journalistes est de maintenir les publics (dans une perpective de démocratisation de la
société), et les journalistes sont sensés nous faire comprendre une situation. Or, ils ne font qu’informer pour la plupart ( pour preuve, la crise des médias ). Aussi, les citoyens déçus par le traitement de l’information par les médias traditionnels, ont d’autres attentes. Et l’information crée par l’initiative individuelle au travers des nouvelles technologies est un bon moyen de créer des publics avec des citoyens concernés directement.
Les individus se détachent alors des médias traditionnels, créent leurs propres informations et participe ainsi à une forme d’émancipation.


  • La nécessité d’un agir politique 

Par cette médiatisation citoyenne on assiste à une reprise en main du politique par les citoyens eux-mêmes . Ils deviennent à la fois média et public, et ils peuvent désormais “agir politique”.

On retrouve ainsi l’acte citoyen et la volonté de se mobiliser socialement à travers ces nouveaux médias. C’est donc par conséquent un moyen de se (re)sentir concerné.

Aussi pour inviter nos lecteurs à devenir leur propre médias et à faire en sorte que les médias soient faits PAR les citoyens POUR les citoyens, nous vous avons concocté un petit tutoriel pour être un parfait citoyen engagé et adopter tous les bons réflexes pour couvrir une manifestation.

Bon visionnage & à vos smartphones !!

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>