I. Une pratique amatrice et citoyenne qui se professionnalise

Genèse du journalisme mobile

Sur la révolution verte

En Iran, le 13 juin 2009, la réélection frauduleuse du président sortant Mahmoud Ahmadinejad entraîne une mobilisation sociale et politique d’une ampleur jamais vue depuis la Révolution de 1979. Les jeunes manifestent dans tout le pays mais seront durement réprimés. Le film Téhéran sans autorisation, filmé avec un mobile, documente le soulèvement.

 

iran 2009

Un point sur la MojoCon

Glen Mulcahy à la MojoCon de Dublin en 2015.
Glen Mulcahy à la MojoCon de Dublin en 2015.

« Ces dernières années, j’ai participé à de nombreuses conférences sur le journalisme et les nouvelles technologies. J’ai été frappé par l’absence d’approche globale sur la création mobile. Des journalistes continuent d’expérimenter dans leur coin sans que leur média ne mette en place de stratégie cohérente en matière de formation, de production ou de standards de diffusion.  La “MojoCon” essaie d’en tirer les conclusions dans son organisation en alternant conférences, exposition et ateliers. »Interview de Glen Mulcahy par Flavien Plouzennec

Le parfait kit du mojournaliste : un matériel de plus en plus pro

Chacun peut composer son kit selon ses préférences, envies, le résultat voulu, mais aussi surtout selon son budget. 

Un matériel très basique peut être largement suffisant, c’est-à-dire un smartphone, déjà armé d’une caméra full HD voire 4K, et des écouteurs.

Mais le kit Mojo est de plus en plus professionnalisé. Les journalistes semblent en effet faire tendre le Mojo vers un idéal de qualité journalistique, permis traditionnellement par des caméras pro.

Voici un exemple du parfait kit (cliquez sur l’image) :
On peut aussi se référer aux inventaires réalisés par Nicolas Becquet, développeur éditorial à l’Écho en Belgique pour citer quelques outils du iReporter ou mojournaliste.

    • Le stabilisateur : pour éviter de donner mal au cœur aux spectateurs quand le reporter se déplace
    • La perche : pour être 30 centimètres au dessus (hauteur d’homme)
    • Le trépied
    • Le zoom
    • Le micro
    • Les émetteurs
    • La minette : une innovation technique essentielle pour le Mojo. La minette est en fait un flash avec une batterie intégrée et permet de filmer la nuit ou dans l’obscurité avec une bonne qualité

Mais attention ! 

Il ne faut pas ajouter trop de matériel au smartphone sinon cela devient vite encombrant et rend le tournage moins efficace, moins mobile et léger, à l’opposé de l’objectif du Mojo.

Ce kit est accompagné d’une panoplie d’applications

En voici un aperçu (cliquez sur l’image) :

Notons que les spécialistes insistent sur l’actuelle supériorité de l’iPhone dans ce domaine. Les applications sont plus facile à développer sur iOS (système d’exploitation de l’iPhone), car il existe une trop grande diversité d’appareils fonctionnant sous Android. Mais les développeurs travaillent à réduire cet écart. 

Avec tous ces nouveaux outils, les journalistes s’approprient des pratiques numériques non-professionnelles et tentent de les rapprocher de leurs normes.

Un petit quizz pour récapituler le module 1 : 

Qui est à l’origine de la MojoCon ? (Prénom + Nom)

 

 

 

Quel est l’événement fondateur du journalisme mobile ?

 

 

 

De quoi se compose le kit de base du mojournaliste ? (Réponse attendue : un ... et des ...)

 

 

À quoi sert la minette ?

 

 

 

Au niveau des applications, quel système d’exploitation est le plus intéressant ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>